Passer au contenu principal
Article

Les employés suisses sont-ils inquiets pour leur retraite ? Perceptions récentes selon notre dernier sondage

360°Prévoyance I News

De Adam Casey | Septembre 9, 2022

Résultats suisses de l’étude 2022 Global Benefits Attitudes
Retirement
N/A

Tous les employés suisses reconnaissent l'importance du thème de la retraite, mais les études et l'expérience montrent qu'il subsiste de grandes lacunes dans la compréhension du système de prévoyance, ce qui est particulièrement pertinent lorsque des réformes sur certains éléments des 1er et 2ème piliers se profilent. Les attentes en matière de retraite sont également très différentes entre la jeune génération et les employés plus âgés voire proches de la retraite. En fin de compte, il s'agit souvent d'une question de confiance dans le système de prévoyance suisse et il reste du travail à accomplir pour que tous les employés suisses aient pleinement confiance dans le système de prévoyance et endossent un rôle plus actif dans leur planification financière. Par exemple, si l'âge de la retraite est relativement accessible, le taux de conversion est beaucoup plus difficile à saisir pour les employés, d'autant plus qu'il s'agit d'un paramètre-clé de la prestation de retraite et qu'il diffère considérablement entre les différentes institutions de prévoyance et les employeurs.

La compréhension par les employés de leurs prestations de retraite revêt également une importance financière pour les entreprises, les prestations de retraite représentant généralement la dépense la plus coûteuse pour les employés en dehors de la rémunération salariale (salaires et primes). Cela signifie que les employeurs devraient avoir tout intérêt à comprendre le positionnement des employés et leur appréciation de leurs prestations de retraite. La récente étude 2022 Global Benefits Attitudes Survey de WTW montre qu'en effet, les prestations de retraite sont le domaine numéro 1 dans lequel les employés souhaitent davantage de soutien de la part de leur employeur. Il devance même la flexibilité du travail, la gestion de carrière et la santé émotionnelle, entre autres.

En outre, de nombreux jeunes employés ont le sentiment qu'ils recevront moins que leurs aînés du système de prévoyance suisse, ce qui peut les amener à penser qu'ils ont un besoin plus important d'éducation et de flexibilité de la part de l’institution de prévoyance par rapport à ce qui est généralement fourni aujourd'hui. Une statistique frappante est que 65% des employés pensent qu'ils n'épargnent pas assez pour la retraite par rapport à ce qu'ils devraient. L'écart potentiel en matière d'épargne-retraite est le plus important chez les employés à bas salaire et les femmes. Pour ces personnes, l'incapacité d'épargner à court terme rend souvent difficile l'atteinte des objectifs de retraite à long terme.

Résultats suisses de l’étude 2022 Global Benefits Attitudes

Le tableau montre que 65 % des travailleurs estiment qu'ils n'épargnent pas assez pour leur retraite par rapport à ce qu'ils devraient.

Ils épargnent 9 % de leurs revenus alors qu'ils devraient en épargner 14 %. Il en résulte un écart de 5 %.

La réponse à ce défi réside à la fois dans la réforme et dans une meilleure éducation des employés, mais il est certain qu'en termes de communication et de technologie, il est intéressant de constater que les employés qui utilisent des applications digitales de retraite sont plus susceptibles d’affirmer que leur plan de prévoyance répond à leurs besoins. En effet, près de 70% des employés qui utilisent régulièrement de telles applications trouvent que leur plan de prévoyance répond à leurs besoins. Toutefois, l'utilisation globale par les employés d'applications pour le suivi et la planification de la retraite n'est que d’environ 9 % aujourd’hui en Suisse, principalement parce que peu d'applications de retraite sont encore proposées sur le marché. Il s'agit d'un domaine dans lequel les employeurs et leurs institutions de prévoyance pourraient faire une réelle différence en offrant de meilleurs outils de communication (tels que des applications) permettant d’améliorer l'appréciation et la compréhension par leurs employés de la valeur des prestations de prévoyance offertes et de la manière de planifier leurs objectifs à long terme.

L'investissement des actifs des institutions de prévoyance fait également l'objet d'une attention accrue sur le marché suisse de la prévoyance ces derniers temps, car de plus en plus d'employeurs et d’institutions de prévoyance doivent tenir compte des facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) dans leurs décisions d'investissement. Les facteurs ESG ne sont pas seulement des facteurs financiers liés à la qualité d'un investissement, ils peuvent également en dire long sur la durabilité d'un investissement. Notre enquête montre qu'environ un tiers des employés ont une préférence éthique pour l'ESG (indépendamment de l'impact sur les résultats en termes de rendement), tandis que les deux tiers restants préfèrent se concentrer sur la réalisation d’un rendement maximal et ont des points de vue différents sur la façon dont l'investissement ESG se comportera à long terme. Il est intéressant de noter que la grande majorité de ceux qui souhaitent se concentrer sur les rendements maximums ne sont pas certains de l’impact ou pensent que les approches ESG entraîneront des rendements inférieurs à long terme. Il est clair qu'un travail est nécessaire pour comprendre l'impact des pratiques ESG sur les rendements et les risques d'investissement à long terme, en particulier si l'on considère le domaine en développement du marketing "greenwashing", dans lequel les produits d'investissement utilisent des tactiques de marketing pour paraître plus respectueux de l'environnement sans que ce ne soit forcément le cas. D'une manière générale, nous pouvons constater que les institutions de droit public sont généralement tenues d'évaluer leur approche en matière d'ESG car ils rendent généralement compte aux autorités publiques.

Enfin, même si les récentes idées de réforme ont du mal à trouver un consensus, le paysage de la prévoyance évolue rapidement et, plus récemment, le retour de l'inflation pourrait également obliger les employés à s'adapter à nouveau pour gérer leurs attentes concernant l'âge de la retraite, le niveau de prestation attendu et le niveau de cotisation requis. Une statistique quelque peu alarmante de cette enquête est que, malgré tous les défis mentionnés par les employés en matière de planification de la retraite et leur déficit autoproclamé en matière d'épargne-retraite, il y a encore environ 80 % des employés suisses qui s'attendent et espèrent prendre leur retraite à l'âge normal de la retraite ou avant. La retraite fournira-t-elle toutefois un revenu suffisant à ces employés ?

Auteur

Head of Corporate Retirement Consulting

Related content tags, list of links Article Prévoyance Suisse
Contact Us