Passer au contenu principal
Communiqué de presse

Les bilans de prévoyance des entreprises suisses commencent à ressentir les effets des rendements négatifs des actifs

WTW Swiss Pension Finance Watch – T3/2022

Octobre 13, 2022

L’indice de prévoyance de WTW a chuté de 4,4% au troisième trimestre en raison d’une nouvelle dépréciation de la valeur des actifs.
N/A
N/A

ZURICH / LAUSANNE / GENÈVE, LE 13 Octobre 2022 – L’indice de prévoyance de WTW a chuté de 4,4% au troisième trimestre en raison d’une nouvelle dépréciation de la valeur des actifs.

Durant le premier semestre 2022, la hausse importante et régulière des taux d’escompte a compensé la perte de valeur des actifs, permettant aux bilans de prévoyance des entreprises de continuer à s’améliorer. Au 3e trimestre, les rendements des obligations d’entreprises, lesquels dictent les taux d’escompte, n’ont dépassé que très marginalement ceux du trimestre précédent malgré une forte volatilité. Dans l’ensemble, les engagements des institutions de prévoyance sont restés relativement stables comparé au 2e trimestre. Les engagements des institutions de prévoyance selon les normes comptables internationales se maintiennent à un niveau inférieur d’environ 20% à celui du début de l’année et sont proches de leur niveau le plus bas depuis 9 ans. Les actifs des institutions de prévoyance, quant à eux, ont encore reculé de 3,3% durant le 3e trimestre, entraînant une baisse de 4,4% de l’indice de prévoyance de WTW. Comme le montre l’indice WTW, le degré de couverture moyen (c.-à-d. le rapport entre actifs et engagements de prévoyance) s’élevait à 125,3% au 30 septembre 2022 contre 129,7% au 30 juin 2022.

L’inversion de la courbe des rendements obligataires et sa signification

Pour la première fois depuis plus de 10 ans, les rendements obligataires qui influencent les taux d’escompte ont présenté une courbe inversée aux durations importantes pour les institutions de prévoyance. Dès lors, cela signifie que dans le cas de plans de prévoyance de duration supérieure à 10 ans, plus la duration est longue, plus le taux d’escompte est bas (parfois jusqu’à 5, voire 10 points de base). Dans des circonstances habituelles, le contraire devrait se produire, car plus la duration d’une obligation est longue, plus le détenteur de la dette réclamerait du rendement pour compenser les risques de taux d’intérêt et de défaut de paiement.

«

Malgré la volatilité des marchés, les très mauvais rendements des actifs depuis le début de l’année et l’inversion inhabituelle de la courbe des rendements obligataires, les entreprises peuvent encore espérer améliorer les engagements nets de leurs bilans de prévoyance par rapport au début de l’année. »

Adam Casey | Head of Corporate Retirement Consulting, Schweiz

«Malgré la volatilité des marchés, les très mauvais rendements des actifs depuis le début de l’année et l’inversion inhabituelle de la courbe des rendements obligataires, les entreprises peuvent encore espérer améliorer les engagements nets de leurs bilans de prévoyance par rapport au début de l’année. D’un autre côté, le degré de couverture local des institutions de prévoyance va se détériorer considérablement en raison de la stabilité du taux d’intérêt technique sous-jacent pour l’évaluation des engagements d’un point de vue local», déclare Adam Casey, Head of Corporate Retirement Consulting chez WTW à Zurich.

Le taux d’escompte des plans d’une duration inférieure à 16 ans a augmenté au cours du 3e trimestre, alors que celui des plans de plus longue duration a diminué sur la même période.

«En raison de la forme de la courbe des rendements, il est plus difficile pour les entreprises qui communiquent leurs bilans sur une base trimestrielle d’estimer à première vue si leurs engagements auront augmenté ou baissé au cours du trimestre, car cela dépendra de la duration de leur plan», explique Adam Casey.

L’inversion de la courbe des rendements amène les investisseurs qui achètent des obligations à long terme à accepter une compensation plus faible pour leur exposition aux risques d’investissement que celle qu’ils obtiendraient en s'exposant à une échéance plus courte. Ainsi, une inversion de la courbe des rendements est habituellement considérée comme un signe que le marché est plutôt pessimiste quant aux perspectives économiques à court terme.

Inflation à son pic ou proche du pic – opportunités potentielles dans les investissements obligataires

Les institutions de prévoyance ont subi un nouveau trimestre négatif, malgré un bref répit en juillet qui a quelque peu compensé un mois de septembre particulièrement mauvais. Les actifs des institutions de prévoyance ont chuté d’environ 3% durant le trimestre, son rendement s’élevant désormais en moyenne à -13% depuis le début de l’année.

Les taux d’inflation ont continué à grimper, au point que les banques centrales ont été tenues de réagir avec vigueur en augmentant les taux d’intérêt. Dans le cas des États-Unis, on estime que le pic d’inflation a été atteint et qu’elle va maintenant se stabiliser. Pour l’Europe, le pic est attendu durant le 4e trimestre ou au plus tard au 1er trimestre 2023. Le taux d’inflation en Suisse se situait à 3,5% en août, ce qui reste inférieur à celui de ses pays voisins. «Les taux d’intérêt devant atteindre un pic à moyen ou à court terme, il redevient intéressant d'investir dans des obligations plutôt que dans des actions», déclare Alexandra Tischendorf, Head of Investment chez WTW.

Les taux réels augmentent, même s’ils restent négatifs. Le segment des obligations semble présenter des opportunités dans les obligations de catégorie investissement grade, puisque les évaluations de crédit ont baissé par rapport aux sommets atteints et que les taux de défaut sur les obligations high yield augmentent.

Face à des réserves en baisse, il est essentiel de se concentrer sur un horizon d’investissement à long terme

Malgré les défis de l’environnement actuel, les conseils de fondation des institutions de prévoyance ne doivent pas perdre de vue leur horizon et objectifs d’investissement à long terme.

«

Les conseils de fondation doivent continuer à se concentrer sur l’orientation durable et à long terme de la stratégie d’investissement. »

Alexandra Tischendorf | Head of Investment, Schweiz

«Les conseils de fondation doivent continuer à se concentrer sur l’orientation durable et à long terme de la stratégie d’investissement. Cela englobe des paramètres tels que la diversification des primes de risque, la prise en compte de principes d’investissement durable et le renforcement de la gestion des risques et de la gouvernance», conseille Alexandra Tischendorf.

Informations de fond sur l’étude

Swiss Pension Finance Watch analyse tous les trois mois l’incidence du rendement des marchés des capitaux sur l’état financier des régimes de retraite en Suisse. Cette étude fait partie du Global Pension Finance Watch de WTW qui prend en considération les principaux marchés mondiaux de régimes de retraite depuis l’année 2000. Publiée trimestriellement, elle met l’accent sur les résultats liant les actifs aux engagements. Cette publication couvre les régimes de retraite au Brésil, au Canada, dans la zone euro, au Japon, en Suisse, au Royaume-Uni et aux Etats-Unis.

L’impact des marchés des capitaux sur ces régimes de retraite est de deux ordres :

  • rendement des investissements sur les actifs du régime
  • modification des hypothèses économiques relatives aux engagements du régime (tels que mesurés par les normes comptables internationales)

Le modèle de WTW définit un régime de retraite de référence représentatif des engagements de retraite et des actifs du régime (y compris la composition du portefeuille d’actifs) tels qu’on les trouve habituellement sur chaque marché mondial. Les incidences des fluctuations du marché des capitaux sur les actifs et les engagements sont combinés de sorte à obtenir un indice des régimes de retraite reflétant l’évolution du niveau de financement du régime de référence.

Related content tags, list of links Communiqué de presse
Contact Us