Passer au contenu principal
Article

Les fonds de pension suisses font face aux risques mondiaux

De Alexandra Tischendorf | Juin 20, 2022

Les caisses de pension suisses maîtrisent bien la pandémie.
Investments|Retirement
N/A

La durabilité en termes de résistance aux crises des portefeuilles des investisseurs à long terme est actuellement, et depuis un certain temps, mise à rude épreuve. Les caisses de pension suisses font étonnamment bien face à cette période, car les chocs exogènes du passé récent ont pu être déjà bien absorbés par la plupart des portefeuilles. En moyenne, les caisses de pension suisses ont perdu 7% lors de la "première phase" de la pandémie en mars 2020, mais ont finalement terminé l'année 2020 avec une bonne performance d'environ 4%. Deux ans plus tard, les marchés subissent à nouveau des pertes, sous l'effet de la guerre en Ukraine et de l'accumulation de problèmes pour la croissance économique dans un environnement d'inflation plus élevée. En conséquence, les portefeuilles ont diminué de près de 3,5 % au cours du premier trimestre. Cependant, la plupart des caisses de pension suisses ont réagi calmement à cette évolution. Elles continuent à suivre la tendance à long terme d'une augmentation des actifs réels dans leurs portefeuilles et augmentent leur part d'actions et de placements alternatifs. Afin d'être bien équipés pour faire face à l'environnement inflationniste actuel, nous observons que les investisseurs réexaminent leur stratégie d'investissement à long terme en ce qui concerne leur résistance à la crise. En particulier, ils continuent de vérifier si la taille des actifs nominaux est appropriée et, si nécessaire, de les sous-pondérer tactiquement ou de raccourcir leur durée. Comme des taux d'inflation élevés peuvent également nuire aux actifs réels à un moment donné, nous adoptons une position neutre à l'égard des actions et de l'immobilier et soutenons plutôt les investisseurs qui revoient leur orientation à long terme. Cela signifie une optimisation plus poussée des primes de risque, un soutien à l'alignement durable du portefeuille et une évaluation accrue des risques.

Les actifs des pensions mondiales ont doublé au cours de la dernière décennie.

Les actifs gérés par les fonds de pension ont connu une très forte croissance au niveau mondial au cours des dix dernières années. Selon l'étude Global Pension Assets Study 2022 menée par le Thinking Ahead Institute (un centre mondial de recherche et d'innovation à but non lucratif), les actifs des fonds de pension ont doublé, passant de 666 milliards USD en 2011 à 1 271 milliards USD en 2021, ce qui représente un taux de croissance annuel impressionnant de 6,7 %. Ce taux de croissance peut également être observé en Australie, aux Pays-Bas et aux États-Unis.

Avec une croissance accrue et un environnement de taux d'intérêt bas, l'allocation d'actifs a également changé au cours de la dernière décennie. En 2011, les caisses de pension suisses ont investi environ 47 % de leurs actifs dans des placements à revenu fixe tels que des obligations et des liquidités. Cette part est tombée à 35 % à la fin de 2020.1 La recherche de rendements a conduit à délaisser nettement les obligations (d'État) sûres, à rendement partiellement négatif, au profit d'actifs plus réels tels que les actions, l'immobilier et les placements alternatifs. Les caisses de pension suisses ont réduit drastiquement la part des obligations nationales d'un tiers, passant d'environ 28 % à 18,7 % à la fin de 2020. En revanche, la part des actions est passée de 26 % à 32,6 % au cours de la même période. Les investissements dans l'immobilier ont également augmenté de 3,7 points de pourcentage pour atteindre 24,4 %. Ce passage des actifs nominaux aux actifs réels représentait près de 13% des actifs à la fin de 2020.

Le graphique montre la répartition des actifs de 2011 à 2020 en pourcentage.
Les classes d'actifs indiquées sont les suivantes : Infrastructures, Autres, Actifs alternatifs, Immobilier, Actions, Obligations, Prêts et Liquidités.
Allocation d'actifs des caisses de pension suisses 2011-2020
Le graphique montre la part des actifs alternatifs de 2011 à 2020 en pourcentage.
Les classes d'actifs alternatifs présentées sont : Le capital-investissement, les matières premières, les fonds spéculatifs, les investissements dans les infrastructures et d'autres comme les ILS, les dettes privées, les créances alternatives, etc.
Part des actifs alternatifs 2011-2020

Les investisseurs recherchant davantage de rendement et de diversification, la part des investissements alternatifs a augmenté de 10 % entre 2010 et 2020. En intégrant les investissements en infrastructures, qui doivent être classés comme actifs alternatifs jusqu'en 2019, l'augmentation a même été de 25 %. Grâce à ce changement de classification et à une limite (non obligatoire) de 10%, la demande pour cette classe d'actifs a fortement augmenté. La part des investissements sur le marché privé a également augmenté de manière significative, par exemple le private equity et la dette privée. A titre de comparaison, la part des actifs investis dans les titres liés à l'assurance, les matières premières et les hedge funds a été réduite par les caisses de pension. C'est particulièrement vrai pour les hedge funds, leur part dans les actifs alternatifs a chuté de 50 % car de nombreux gestionnaires de hedge funds n'ont pas tenu leurs promesses de rendement.

La tendance à l'augmentation des investissements alternatifs est mondiale

Si l'on compare la Suisse à la moyenne des sept plus grands marchés de fonds de pension du monde1 (États-Unis, Canada, Royaume-Uni, Pays-Bas, Japon, Australie, Suisse), une image différente se dessine. Dans l'ensemble, la part des actions dans l'allocation d'actifs de ces pays a diminué de 60% à 45%, et ce entièrement en faveur des investissements alternatifs (y compris l'immobilier). La part des obligations, en revanche, est restée la même.

Les portefeuilles et la tendance actuelle à augmenter les valeurs réelles des actifs sont-ils équipés pour faire face au retournement des taux d'intérêt et à un environnement d'inflation élevée ?

Protection contre l'inflation dans les portefeuilles

Depuis plusieurs mois, après 15 ans de politique monétaire expansive amenant les taux réels en dessous de 0%, le taux d'inflation remonte, même si, par rapport aux Etats-Unis et à l'Europe où le renchérissement des prix atteint 8%, la Suisse résiste mieux avec seulement 2,5% grâce à la force du franc suisse.

Il est généralement admis que les taux d'inflation élevés pourraient être quelque peu transitoires et que les niveaux se situeront à moyen terme en dessous de la limite supérieure de la fourchette cible définie par la Banque nationale suisse, à savoir une hausse annuelle des prix de 0 à 2 %.

La hausse de l'inflation étant associée à une perte de pouvoir d'achat ainsi qu'à des pertes sur de nombreux investissements, nous voyons les fonds de pension réexaminer leur stratégie d'investissement et leur mise en œuvre.

Comme les investissements dont les flux de trésorerie sont nominalement fixes enregistrent les plus grandes pertes en cas d'augmentation de l'inflation, nous recommandons de réduire la durée des valeurs nominales telles que les obligations et d'examiner minutieusement leur part globale dans le portefeuille. Les taux d'intérêt plus élevés ne nuisent aux obligations qu'à court et moyen terme, car la hausse des taux d'intérêt provoque une chute brutale de la valeur de marché en raison d'une actualisation plus importante des flux de trésorerie futurs. À long terme, la hausse des taux d'intérêt rend les obligations à nouveau attrayantes, car le réinvestissement peut se faire à des taux plus élevés. L'effet que l'inflation peut avoir sur les actifs réels est un peu plus délicat, car selon le niveau d'inflation, les prix des actifs réels peuvent augmenter ou diminuer. La protection contre l'inflation n'est que limitée, car la hausse des valeurs s'accompagne également d'une volatilité nettement plus élevée.

Par conséquent, nous restons neutres sur les actions et l'immobilier et nous nous concentrons davantage sur l'orientation durable et à long terme de la stratégie d'investissement. Cela inclut des paramètres tels que la diversification des primes de risque, la prise en compte des principes d'investissement durable et l'amélioration de la gestion des risques et de la gouvernance.

1 Étude sur les pensions mondiales 2022, The Thinking Ahead Institute.

Auteur


Related content tags, list of links Article Investissements Prévoyance Suisse
Contact Us